Fondation du Musée National des Beaux-Arts du Québec

Partager et se faire plaisir

Le Musée national des beaux-arts du Québec a célébré en juin 2016 l’ouverture du pavillon Pierre Lassonde. Ce bâtiment vaste et lumineux dont la construction a été rendue possible entre autre grâce à une Grande campagne philanthropique, permet au MNBAQ de projeter son action dans le XXIe siècle en doublant ses surfaces d’exposition et en présentant davantage l’art contemporain du Québec.

La collection d’Art inuit Brousseau – Hydro-Québec y trouve un espace à sa pleine mesure. Cette collection, offerte au MNBAQ en 2005 par le collectionneur et philanthrope Raymond Brousseau, est une autre démonstration de partage au service du plus grand nombre.

Joignez-vous aussi au mouvement et fréquentez votre Musée !

Line Ouellet, directrice générale et conservatrice en chef


 Faites un don de 500$ et plus à la Fondation du MNBAQ et obtenez en reconnaissance, une reproduction à tirage limité d’une estampe faisant partie de la collection d’art Inuit du MNBAQ, une des plus importantes au Canada, et dont plusieurs des œuvres sont présentées dans le cadre de l’exposition de la Collection Art Inuit. Illippunga, signifiant « J’ai appris » en Inuktitut.

Oeuvre inuit en angle
Samisa Passauralu Ivilla, Sans titre, 1961. Gravure sur pierre, 18/50, 31,5 x 46,8 cm. Collection du
Musée national des beaux-arts du Québec, collection d’art inuit Brousseau, achat grâce à une contribution
spéciale d’Hydro-Québec (2005.391). © Crédit photo : MNBAQ, Paul Dionne

PAP lettre sollicitation.indd

*Le programme de reconnaissance s’applique aux contributions individuelles de 500$ et plus.
Reproduction livrée encadrée sous verre au format de 48,6 cm X 31.5 cm

 À propos de l’oeuvre

L’œuvre est un bijou de candeur et d’intelligence.  On y voit raconté un moment de la vie quotidienne de ces mondes enneigés où la connaissance et l’humour sont affaire de survie.

Le texte en syllabaire inuktitut raconte l’histoire de deux amis savamment emmitouflés voyageant en traîneau pendant une nuit de tempête où tout est blanc et où l’horizon disparaît complètement. Soudain, voyant leurs chiens couverts de neige, l’équipée éclate de rire ! Les peuples du Nord savent que la neige s’accumule quand les chiens demeurent stationnaires.

En quelques traits, l’artiste rappelle avec douceur et franchise ce qui permet à ces peuples de survivre depuis des millénaires sous le climat impitoyable du Grand Nord. En plus de raconter une histoire, le dessin et le texte syllabique qui l’accompagne témoignent de l’importance de la tradition orale chez les peuples nordiques et évoquent avec une simplicité désarmante la force des liens qui les unissent à l’environnement.

Épurée et intemporelle, l’œuvre offerte raisonne comme un éclat de rire et un sursaut de sagesse qu’il fera bon revoir souvent. À la fois objet d’art issu d’une collection exceptionnelle et récit, elle ouvrira assurément la porte à de nombreuses discussions entre amis, petits et grands.